Volleyeuse assise, la tarnaise Lynda Medjaheri rêve des Jeux olympiques de Paris en 2024

essentiel
L’objectif pour la CMVB et joueuse de l’équipe de France de volley assis est 2024. D’après Blaine, la volleyeuse revient sur son parcours difficile et est un exemple de résilience.

Le match aller du Challenge de France de Volleyball Assis 2022-2023 aura lieu demain au Gymnase de Bord-Bass. Aujourd’hui, sur le même site, une journée sport santé vous permettra de découvrir et de vous initier à tous les types de volley.
Linda Medjaheri, joueuse de l’équipe de France de volley assis, souhaite participer aux Jeux paralympiques de Paris 2024. De son côté, Castros Mazaguel est le leader de la division volley-ball, qui alignera trois équipes ce dimanche dans la première phase du challenge. D.France.

Linda Medjaheri tourne la tête vers les prochains JO depuis près de deux ans maintenant, alors que les mascottes Fries et Paris 2024 ont été dévoilées cette semaine. Avec un seul objectif marquant les jours de ce jeune homme de quarante ans : participer aux Jeux paralympiques avec l’équipe de France de volley assis, autoproclamée “Les Pionnières”, qui se retrouvent à intervalles réguliers pour des compétitions internationales et des stages préparatoires.

Lire Aussi :  ATP Finals : Djokovic, Nadal, Tsitsipas… Les chances des 8 Maîtres passées au crible

En 2014, il a été amputé suite à un accident de moto

Un étrange défi pour le Lorrain, désormais installé à Blanc-dans-le-Tarne, qui n’a jamais pratiqué de sport en compétition avant de s’essayer à cette discipline paralympique depuis 1980, et compte aujourd’hui une cinquantaine de disciplines en France. “Avant, je ne faisais que du vélo et de la marche pour le plaisir, mais je n’avais jamais joué au volleyball auparavant”, explique la participante à sa première compétition dans la Silver Nation League à Rooney début juillet 2021.

Linda Medjaheri et le volley-ball assis est une histoire de danger et de rencontre. D’un drame de la vie, elle en a fait une opportunité et une force. “J’ai eu un accident de moto en 2014. Après des complications et de multiples opérations, j’ai subi une amputation du tibia gauche en 2018. Durant cette même période, lors de réunions d’information, Linda rencontre Aurélie Garcia. Elle a changé sa vie.

“C’est un peu de fierté personnelle, mais aussi une grande victoire contre mon handicap. Après quatre ans et demi à être coincé à la maison à passer du lit au fauteuil, le volleyball assis m’a permis de rencontrer des gens formidables. »

« L’équipe de France de volley-ball assis n’existe pas encore. Je lui ai tout de suite dit que ça ne vaudrait pas la peine si c’était dans un fauteuil. J’ai déjà vécu longtemps dans un fauteuil… » C’est pourquoi l’idée d’être assise au volley-ball l’a très vite attirée. « Je l’ai essayé lors d’un stage et j’ai été adopté ! Une opportunité pour deux amis qui font partie d’une équipe de France de volley assis créée en août 2019 juste avant la pandémie de coronavirus.

Lire Aussi :  Kendra Cocksedge rêve d'un dernier titre avec la Nouvelle-Zélande avant sa retraite

Même si les filles ont pu continuer à s’entraîner avec le statut d’athlètes d’élite, l’équipe était encore “trop ​​jeune” pour défendre ses chances aux Jeux paralympiques de Tokyo. Linda Medjaheri devra attendre Paris 2024 pour vivre l’émotion olympique, dix ans après son accident. “C’est un peu de fierté personnelle, mais aussi une grande victoire contre mon handicap. Après quatre ans et demi à être coincé à la maison à passer du lit au fauteuil, le volleyball assis m’a permis de rencontrer des gens formidables. »

Lire Aussi :  Rémy Baget, du guichet du McDo aux portes de l’équipe de France

Le volley-ball assis est disponible pour les personnes valides

Afin de retrouver la concurrence avec l’équipe de France, il existe également une structure spéciale Union Club (aux portes de Toulouse) depuis 2015. Depuis l’an dernier, le Castres Massaguel Volleyball Club a eu le sien, et Lynda Medjaheri a dirigé cette nouvelle équipe de volley assis. Rubrique sur les différentes étapes du Challenge de France. « Le volley-ball est pratiqué par tous les âges, valides et sédentaires. Il faut essayer de l’apprécier. “.

Si vous portez une armure et avez au moins la force dans vos bras pour vous déplacer. « Les règles sont les mêmes qu’au volleyball classique, sauf que vous avez le droit de faire face au service avec la crosse au sol lorsque vous êtes en possession du ballon. Avec 1,05 mètre pour les filles et 1,15 mètre pour les garçons, la discipline devient très ludique.

Les personnes intéressées pour rejoindre la section volley assis du CMVB peuvent contacter Gaytan Carne au 07 60 87 94 52.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button