Un livre pour ne jamais oublier le sacrifice de 126 poilus calvais

Historien et généalogiste Grégory Viguié présenté ce vendredi après-midi, dans le hall d’accueil de la mairie Calvi, le résultat d’une étude de quatre ans sur les habitants poilus de la ville. Dans son travail Mémoires de Poilus, aux éditions La Fenestrelle, biographies de 126 soldats calvais morts pour la France lors du conflit de 1914-1918. ou après. Les travaux ont été réalisés en collaboration et avec le financement de la municipalité.

LIRE AUSSI. 14-18: le combat pour la mémoire de la Vierge Luigi continue

“Je suis venu tous les six mois, pendant ces quatre annéesrapporté par Grégory Viguié. Nous avons organisé des réunions publiques pour que les gens viennent me rencontrer. Des descendants de poilus, mais aussi des personnes sans lien direct, sont venus me rencontrer, me montrer des documents ou discuter. C’était très agréable de rencontrer toutes ces Calvaises et ces Calvaises. Le sujet a fasciné de nombreuses personnes. Il y a une différence entre le continent et la Corse. Cette culture, cette passion pour les ancêtres, ça se sent. Il y a eu une grande mobilisation et cela a grandement facilité mon travail”.

Lire Aussi :  EXCLU – Marina Carrère d’Encausse divorcée et “libre” : “Je trouve plaisant et agréable de vivre sans contrainte”

Genealogist ne se contente pas de proposer une simple collection de courtes biographies. Elle redonne aussi à la solidarité municipale et associative, pendant et après le conflit, notamment en envoyant du matériel et de la nourriture au front, puis en soutenant les familles endeuillées. Le naufrage du navire Les Balkans ou l’installation d’un monument aux morts par le maire de Calvi, Adolphe Landry, en 1922, est également évoquée dans l’ouvrage.

Lors de la cérémonie du 104e anniversaire de l’armistice, une plaque commémorant douze autres soldats a été ajoutée au monument aux morts de Calvi.

Lire Aussi :  Marrakech: un «empereur de la nuit» monopolise les lieux de divertissement

LIRE AUSSI. Le 11 novembre, trêve, victoire et paix au centre de l’attention

“Nous avions déjà 114 noms sur le monument, maintenant il y en a 126détaille l’historien. Il est plus facile de retrouver les morts pour la France que ceux qui sont revenus vivants. Ce dernier est très difficile à cibler, car il y avait déjà beaucoup de mouvements de population à l’époque. Ces douze oubliés hirsutes sont peut-être morts de blessures ou de maladie après la construction du monument aux morts en 1922. Par conséquent, il n’y en a pas dessus. A cette époque, il n’était pas prioritaire de déclarer le défunt mort pour la France. La priorité était de nourrir tant d’enfants. Cette reconnaissance n’a pas rapporté d’argent, seulement des honneurs. Souvent, les familles ne le demandaient pas. Il y avait aussi de nombreuses erreurs administratives, des fautes d’orthographe, qui expliquent aussi ces omissions.

Lire Aussi :  MAISONS DE L'HORREUR. A Saint-Quentin, les murs se sont mis à saigner...

Un livre Mémoires de Poilus à la fin, il comprend les biographies de six soldats revenus vivants de la Grande Guerre. La sélection est totalement subjective car elle a été faite à partir de rencontres avec leurs descendants, de photos récoltées et d’anecdotes. Nul doute que le public a beaucoup appris durant les 40 minutes consacrées à la conférence. Les signatures et les ventes de livres ont suivi. Une autre dédicace est prévue ce matin, de 10 h à midi, à la Maison de la presse du boulevard Wilson. Après Calvi, d’autres communes de Balagne pourraient inviter Grégory Viguié à écrire un livre sur leurs poilus.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button