Qu’est-ce qu’un salarié protégé? – Challenges

Délégués des travailleurs, membres du CSE, travailleurs en arrêt maladie, femmes enceintes… Ces travailleurs bénéficient du statut de « travailleurs protégés » au sein de l’entreprise. Leur mandat ou leur candidature leur permet d’être protégés contre le licenciement, les modifications de contrat ou les conditions de travail pendant une certaine période de temps prolongée. L’inspection du personnel doit donner son consentement à tout événement qui la concerne.

Qui sont les travailleurs protégés ?

Ces travailleurs dits “protégés” peuvent être divisés en deux groupes : les travailleurs associés à l’autorité pour être élus au sein de l’entreprise ou non, et les personnes ayant des conditions de santé particulières. Dans la première catégorie, il y a principalement représentants du personnelc’est-à-dire les élus, les membres des travailleurs et les membres du CSE, les membres des syndicats, les conseillers du conseil des prud’hommes et les candidats à cette instance, les travailleurs ayant le pouvoir de négocier des conventions collectives, etc.

Les femmes enceintes et les travailleurs malades ou victimes d’accidents du travail. Bien que cette protection ne soit pas explicitement énoncée dans le Code du travail, la disposition selon laquelle aucun travailleur ne peut être licencié “en raison de sa santé ou de son handicap” lui confère ce statut.

Lire Aussi :  Bourse : les valeurs à suivre à Paris et en Europe - 14/12/2022 à 09:00

Quels sont les avantages d’un employé couvert?

Le principal avantage de ce statut est la protection contre l’expulsion. Pour licencier un salarié couvert, l’employeur doit demander l’accord de l’inspection du travail. Enfin, vous devez vous assurer que cette procédure n’est pas une forme de représailles fondée sur les fonctions exercées par le salarié dans l’entreprise. Il doit également être soumis pour donner son consentement à toute rupture de la période d’essai, modification du contrat ou changement de statut social, départ à la retraite, rupture de gré à gré, rupture ou non renouvellement du CDD.

A noter que cette protection s’applique sur toute la durée du mandat (ou de l’état de santé), mais pas seulement. Une fois le travail terminé, il se poursuit entre six mois et un an après la fin de la nomination ou de l’élection. Par exemple, un directeur de magasin conserve son statut pendant encore douze mois s’il a exercé ses fonctions pendant plus d’un an. De même, tout membre élu du CSE, conseiller du travail ou membre du conseil est protégé pendant une période de six mois après la fin de son mandat. Quant aux délégués syndicaux, ils sont protégés pour la même durée s’ils sont élus depuis plus de deux ans. Les candidats aux élections sont également inquiets. Qu’ils soient élus ou non à un poste de délégué du personnel, ils sont protégés pendant six mois après l’élection.

Lire Aussi :  Devenir une entreprise data centric ? Plus facile à dire qu'à faire

Quelle est la procédure à suivre en cas de licenciement d’un salarié couvert ?

Bien que protégé par la loi, un salarié élu peut être licencié pour motif économique ou s’il commet une faute professionnelle. Mais cela ne peut être le cas que pour un négligence grave ou grossièreou un impuissance. L’employeur doit alors suivre scrupuleusement la procédure, en commençant par informer l’inspecteur du travail de son intention. Ce dernier doit alors mener une enquête auprès de l’ennemi et de l’administration dans un délai de deux mois. À ce moment, l’employeur a le droit de licencier immédiatement l’employé pendant l’enquête s’il a commis une négligence grave. Si l’inspecteur donne son accord, le travailleur concerné dispose d’un délai de deux mois pour saisir le ministère du travail ou le tribunal administratif dont il dépend.

Lire Aussi :  Contribution "The Conversation". Les achats « inclusifs », un levier de résilience pour les entreprises

Si le licenciement est annulé, le salarié peut être réintégré dans l’entreprise et être indemnisé du préjudice subi. En cas de non-respect de cette procédure, l’employeur devra payer une amende de 3 750 euros et un an d’emprisonnement. En cas de révocation d’un membre élu du CSE, l’entreprise doit saisir le comité pour avis. Le vote fait suite à une audition du salarié concerné et se déroule au scrutin secret.

(Par les éditeurs de l’agence hREF)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button