les Vingt-Sept approuvent un plan d’urgence pour éviter de reproduire la crise de l’« Ocean-Viking »

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin (à gauche) à Bruxelles le 25 novembre 2022.

Environ deux semaines après la crise franco-italienneOcean-VikingUne réunion des ministres européens de l’intérieur à Bruxelles le 25 novembre a approuvé un plan d’action pour éviter “Ne répétez pas cette situation”.

La réunion a été convoquée à la demande de Paris, qui a accepté “Titre exceptionnel” Le 11 novembre, 234 migrants ont été débarquésOcean-Viking sur le sol français, après que le gouvernement italien d’extrême droite de Giorgia Meloni ait refusé d’accueillir le navire humanitaire, longtemps échoué au large des côtes italiennes.

A son arrivée, le ministre français Gérald Darmanin a réitéré que la France n’acceptera pas les demandeurs d’asile arrivant en Italie à moins que Rome ne le respecte. “La loi sans mer”.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Migrations. Des conseils extraordinaires pour oublier la crise “Ocean-Viking” à Bruxelles

Renforcer la coopération

Le plan d’action d’urgence présenté par la Commission européenne et approuvé lundi par les ministres propose 20 mesures, notamment pour renforcer la coopération avec des pays comme la Tunisie, la Libye ou l’Egypte pour empêcher le départ des migrants illégaux et augmenter les retours.

Il prévoit également une meilleure coordination et un meilleur partage d’informations entre les États et les organisations non gouvernementales secourant les migrants en mer, et prévoit : “Promouvoir les discussions au sein de l’Organisation maritime internationale [OMI] » sur “Un guide pour les navires effectuant des opérations de sauvetage en mer”.

Ce “Les pays du sud de la Méditerranée devraient également ouvrir leurs ports.” aux navires de sauvetage des migrants “qui passent dans leurs eaux territoriales”.a souligné Gérald Darmanin.

Lire Aussi :  la psychiatre et ex-députée Martine Wonner suspendue un an par l'Ordre des médecins

“La criseOcean-Vikingc’était un peu une improvisation”a déclaré Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne. , “Nous avons 20 actions précises, un accord politique important, tout le monde s’est engagé à travailler pour qu’une telle situation ne se reproduise plus.”a-t-il commenté après la réunion, qu’il a qualifiée de “positif”. Mais “Ce n’est pas une solution définitive.”Il a admis qu’il exhortait les États membres à faire avancer les négociations sur les réformes de l’Union européenne (UE) en matière de migration et d’asile, qui sont dans l’impasse depuis plus de deux ans.

Lisez aussi notre éditorial. “Ocean-Viking”, une catastrophe européenne

Relancer le mécanisme européen temporaire de solidarité

Le plan d’urgence vise également à relancer le mécanisme temporaire de solidarité européenne mis en place en juin à l’initiative de la France, qui assurait alors la présidence du Conseil de l’UE. Des dizaines de pays se sont portés volontaires pour aider les pays méditerranéens à accueillir environ 8 000 demandeurs d’asile arrivés dans ces pays au cours d’une année, la France et l’Allemagne en accueillant 3 500 chacun.Ocean-Viking forcé Paris à la suspendre “mouvements” D’Italie.

Lire Aussi :  La production mondiale de vin s'annonce modeste en 2022, la France au-dessus de la moyenne

“Il faut sortir d’une situation où les mêmes États sont appelés à accepter des navires et à effectuer des transferts depuis d’autres États membres. La France reprendra ses transferts quand elle le fera.a sur Twitter Gérald Darmanin à la fin de la rencontre.

Le ministre italien Matteo Piantedosi, à son tour, a affirmé avoir remarqué une “Convergence des positions”. au cours de la réunion, signalant qu’il avait « Chaleureusement accueilli » à son homologue français. Ce dernier l’a invité à venir à Paris avant la prochaine réunion des ministres de l’Intérieur prévue le 8 décembre à Bruxelles.

La migration revient à l’agenda européen, tandis que les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l’Union augmentent (sur les dix premiers mois de l’année : 280 000, +77%). La poussée est particulièrement forte via la route des Balkans (+168% sur la même période). La Commission prépare un autre plan d’action pour tenter d’enrayer cette augmentation.

Lire Aussi :  L’Italie accueille l’« Ocean-Viking » et les 113 personnes secourues en Méditerranée

Les chiffres n’atteignent pas le niveau de la crise des réfugiés de 2015-2016. Mais la possibilité d’une nouvelle vague d’Ukrainiens arrivant cet hiver, dont des millions sont privés d’électricité en raison des bombardements russes, alimente également les inquiétudes européennes.

Dans le même temps, le ministre grec de la migration et de l’asile, Notis Mitarachi, s’est plaint que la Turquie ne respectait pas un accord sur la migration de 2016 qui prévoyait de reprendre les migrants qui n’avaient pas obtenu l’asile. Il a également estimé que le mécanisme de solidarité volontaire n’était pas là “pas assez”appel à une solution “devoir”.

La secrétaire d’Etat belge chargée de l’Asile et de la Migration, Nicole de Moor, a à son tour appelé. “Solidarité aussi pour les Etats membres comme la Belgique qui font plus que leur part mais voient leur capacité d’accueil se remplir de flux secondaires depuis des mois.”.

Lire aussi : Des migrants secourus en Méditerranée. que dit le droit international ?

Le monde avec l’AFP



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button