l’Équateur d’Enner Valencia s’appuie aussi sur ses jeunes

Quelle est la suite après cette annonce ?

L’Équateur, puissance du groupe A, a rendez-vous avec son histoire ce mardi contre le Sénégal lors de la dernière rencontre du groupe A au stade international Khalifa d’Ar-Rayyan. Un match nul suffit aux Équatoriens pour se qualifier pour les huitièmes de finale. La finale de cette Coupe du monde (20 novembre – 18 décembre) affrontera ainsi l’Angleterre, l’Iran, le Pays de Galles ou encore l’Amérique. La star en forme de la sélection Enner Valencia, qui s’est foulé la cheville contre les Pays-Bas (1-1) et a été emporté sur une civière, devrait bien jouer dans cette finale de groupe : “Mon genou va bien. J’espère que je ferai bien pour aider l’équipe., a-t-il déclaré ce week-end. Cet optimisme était partagé par Manolo Illescas, assistant de l’entraîneur argentin Gustavo Alfaro.

Lire Aussi :  Premier League - Nouveau chapitre, joueurs à relancer : Manchester United, la nouvelle vie sans Cristiano Ronaldo

Lors des deux dernières Coupes du monde (Brésil 2014 et Qatar 2022), l’équipe nationale équatorienne a marqué six buts, trois au Brésil et les trois autres dans cette édition. Ces six derniers exploits équatoriens ont été réalisés consécutivement par un seul : Enner Valencia (76 sélections, 38 buts), Eusebio (Portugal en 1966) et Paolo Rossi (Italie en 1982), devenant ainsi le quatrième joueur de l’histoire à réaliser l’exploit. Oleg Zalenko (Russie en 1994). Dans l’ombre du capitaine et meilleur buteur de l’histoire de la sélection, un certain nombre de jeunes joueurs profitent des projecteurs qatariens et de la couverture internationale pour briller et se développer, tandis que la troupe entraînée par Alfaro attire les applaudissements et les distinctions.

Lire Aussi :  Montauban et Biarritz enchaînent, Oyonnax fait le gros coup à Agen

Les jeunes sont prêts à écrire l’histoire

Si qualifiée, la légende devient encore plus belle car elle s’inscrit en réalité dans une véritable philosophie centrée sur la jeunesse. Jouer la finale au Qatar a offert une belle expérience à la nouvelle génération d’Équatoriens. Déjà dans les rencontres du groupe, certains ont su se montrer, notamment en défense de Piero Hincapie (20 ans), une pépite valant 42,6 millions selon l’Observatoire du football CIES, qui assume la défense à trois du Tri. . Pervis Estupinan (24 ans), auteur d’une prestation XXL contre les Pays-Bas avec 79 touches et 10 reprises, brille également dans le couloir gauche, solide en défense et indispensable en attaque.

« Je suis fier de diriger cette équipe jeune et talentueuse. Nous sommes prêts à relever le défi”, Gustavo Alfaro s’est réjoui après le match nul contre les Oranges. D’autres jeunes joueurs qui ont un réel impact sur le collectif équatorien comme Jackson Poroso (22 ans) en défense ou Gonzalo Plata (22 ans) en soutien de Valence. Au coeur du jeu, Moises Caicedo (21 ans) fluidifie la circulation du ballon et devrait voir sa cote grimper, alors que Liverpool s’est dit prêt à débourser 50 millions au mercato de l’été dernier. Les qualités techniques de Jeremy Sarmiento (20 ans) apportent de vraies étincelles lorsqu’il entre sur le terrain avec des dribbles bien motivés. Avec un parcours déjà positif, un résultat positif face au Sénégal rendra la fête encore plus belle. Les feux d’artifice sont préparés par Quito.

Lire Aussi :  Le Pack Nintendo Switch OLED + Nintendo Switch Sports en promotion chez Cdiscount

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button