Lecornu assure que la France est “l’un des 5 plus gros contributeurs au monde”

Dans un entretien au Journal du dimanche (JDD), le ministre des Armées résume l’aide apportée par la France à l’Ukraine. Paris est l’un des plus gros investisseurs, avec 550 millions d’euros sur un total de 3 milliards d’euros.

Le soutien de la France à l’Ukraine est indéfectible. Le ministre des Armées Sebastyan Lecornu a envoyé ce message dans une interview publiée. JDD :. Il assure également que les livraisons d’armes, dont le montant atteint à ce jour 550 millions d’euros, se poursuivront.

“En ajoutant toute notre aide militaire, nous sommes dans les cinq premiers. Nous sommes l’un des plus gros investisseurs, avec 550 millions d’euros sur un total de 3 milliards d’euros », note Sébastien Lecornu.

Cette 5ème place sera récente. Selon l’Institut de Kiel, en octobre, la France occupait la 8e place après la Norvège, la Pologne, le Canada, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les États-Unis occupent la première place de ce classement, avec 52,3 milliards de dollars d’aide.

Lire Aussi :  Un patron offre une maison à l’une de ses salariés pour concrétiser son « rêve le plus fou »

Usine de maintenance en Slovaquie

Depuis le début du conflit, la France a envoyé du matériel à Kiev, comme 18 fusils Caesar, prélevés dans les dépôts de l’armée. Selon la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, César aurait été anéanti par une frappe russe. Cette information ne nous a pas été confirmée par l’état-major des armées françaises. Cependant, l’obusier détruit pourrait être récupéré et utilisé pour en réparer d’autres.

Dans quelques semaines, un site logistique sera opérationnel en Slovaquie. Sous la houlette de KNDS, sa mission sera de réaliser les opérations techniques ainsi que la maintenance des équipements fabriqués par ses deux filiales, KMW et Nexter.

“Sa mission sera l’entretien et la réparation rapides des véhicules, y compris l’obusier automoteur PzH 2000, l’obusier à roues Caesar, les systèmes de missiles anti-aériens automoteurs Gepard et d’artillerie Mars II, ainsi que les véhicules blindés Dingo. ” véhicule », a déclaré KDNS dans le message.

La demande de compteurs de vitesse est “à l’étude”.

Si les Césars sont les plus célèbres, la France a fourni d’autres équipements. Fusée milanaise et Mistral, une soixantaine de VAB (véhicules blindés frontaux), mines antichars HDP-2A2, protection NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique), jumelles de vision nocturne de dernière génération. Il a également promis d’envoyer Pistolets de remorquage TRF1.

“Tout ce que nous promettons, nous le livrons”, déclare Sébastien Lecornu.

Lors de livraisons récentes, Kiev a reçu de la France deux batteries de missiles Crotale pour la défense sol-air et deux lance-roquettes multiples (LRU) pour les frappes au sol en profondeur. Selon le ministre, l’armée ukrainienne réclame des radars. Cette demande est “à l’étude”.

Lire Aussi :  Équipe de France : Les 5 plus grands matches des Bleus en Coupe du monde

Le Parlement a également voté un fonds de soutien de 200 millions d’euros. Il permet aux Ukrainiens de passer des commandes d’équipements auprès d’entreprises françaises ou d’assurer le service et la maintenance de systèmes déjà livrés. Il peut également être utilisé pour acheter des Bastion Cars ou des ponts flottants », précise Sébastien Lecornu.

Lire Aussi :  comment évolue le niveau des élèves en France ?

En plus de cette aide financière et matérielle, la France a décidé de former des soldats ukrainiens. Jusque-là, les détails de cette prise en charge n’étaient pas précisés.

“Notre objectif, depuis le début, est de soutenir les 15 000 à 2 000 proposés par l’Union européenne. 400 soldats ukrainiens ont déjà été formés, notamment sur les équipements que nous fournissons », révèle le ministre.

Pascal Samama

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button