le Parlement valide la désignation de Luc Rémont comme futur PDG

Électricité de France a un nouveau PDG. Le Parlement a approuvé, mercredi 26 octobre, la nomination de Luc Rémont à la tête d’EDF. L’Elysée avait proposé cette nomination il y a quelques semaines. Suite au vote, les commissions des affaires économiques de l’Assemblée nationale et du Sénat “a commenté positivement la nomination de Luc Rémont au poste de PDG d’EDF”selon un communiqué de presse de l’Assemblée nationale.

Une fois sa nomination annoncée officiellement par commandement, Luc Rémont aura de grands projets devant lui. Le futur patron d’EDF a dévoilé son plan gagnant aux sénateurs et députés “grande crise” à travers une centrale électrique majeure paralysée par une production nucléaire au plus bas et une lourde dette.

Lire Aussi :  Pour lutter contre la fraude au CPF, le site Mon compte formation adopte FranceConnect+

« Dans ce contexte de crise énergétique, EDF traverse lui-même une grave crise, de nature technique et industrielle, qui exacerbe la tension de l’approvisionnement énergétique., a relevé le prochain PDG. L’urgence est connue : la moitié du parc nucléaire français est indisponible en raison de maintenance programmée ou de problèmes de corrosion.

L’enjeu sera de redémarrer suffisamment de réacteurs pour faire face aux pics de consommation hivernaux. « Dès les premières heures de (s)nous leur commandons”, Luc Rémont envisage de faire du bénévolat “Tout à fait” dans “tenir les promesses de l’entreprise en reprenant la production des réacteurs à l’arrêt”.

Au cours de l’hiver, le futur héros d’EDF a présenté ses priorités à moyen et long terme. Il a donné l’exemple du lancement du programme nucléaire demandé par le gouvernement (six nouveaux réacteurs, et petits réacteurs de type SMR), des investissements hydroélectriques, “un rôle de premier plan dans le renouveau” et « développement et restructuration des réseaux pour une électricité plus décentralisée »principalement par un usage personnel, sur la base de ses réponses écrites.

Lire Aussi :  Tunisie: La promotion d'une économie verte devient une nécessité

La situation financière d’EDF, dont la dette pourrait atteindre 60 milliards d’euros en fin d’année, nécessite “prudence à court terme pour ne pas avoir à réduire les investissements et à risquer l’avenir”, a condamné Luc Rémont. Si cette situation “devrait s’améliorer” avec le redémarrage des usines, le prochain PDG a jugé nécessaire de le faire “vision à long terme” sur les mesures réglementaires destinées à réduire la hausse des prix de l’électricité pour les clients dont EDF supporte l’essentiel des charges.

Lire Aussi :  Meuse. Travelling Turtle Aménagement, l’entreprise qui aménage des véhicules utilitaires en camping-car



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button