L’Allemagne va retirer ses soldats du Mali d’ici mai 2024 – France – Updated

Par Sabine Siebold

BERLIN (Reuters) – L’Allemagne a décidé de retirer ses troupes du Mali d’ici l’été 2023, une opération qu’elle prévoit d’achever d’ici mai 2024.

Un millier de soldats allemands sont déployés au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), notamment dans la région de Gao au nord du Mali. Là, ils effectuent des missions de reconnaissance.

En février dernier, plusieurs pays, dont la France, ont décidé de se retirer du Mali en raison des tensions avec la junte au pouvoir à Bamako et de la montée au pouvoir du groupe paramilitaire russe Wagner, dont les mercenaires ont été appelés par le régime malien pour lutter contre les groupes jihadistes. .

Lire Aussi :  COP27. Repenser notre humanité et la manière dont on gère le monde 

Le 14 novembre, la Grande-Bretagne a annoncé le retrait de 300 soldats déployés en soutien à la Minusma.

Le chancelier Olaf Scholz, la ministre de la Défense Christine Lambrecht et son homologue étrangère Annalena Baerbock se sont rencontrés mardi pour convenir d’une résolution.

Alors que Christine Lambrecht prônait un retrait rapide, le département d’Etat a mis en garde contre la présence russe croissante dans le pays et a plaidé pour la poursuite de l’unité.

Lire Aussi :  Pokémon Écarlate Violet : starters, nouveaux Pokémon… Méfiez-vous, l’exclu Nintendo Switch est victime de nombreuses fuites

Mai 2024, d’abord annoncé par le magazine Der Spiegel, est donc une sorte de compromis, puisqu’il signifie que l’Allemagne peut maintenir sa présence au Mali jusqu’à une éventuelle élection présidentielle.

La junte militaire au pouvoir à Bamako a publié un décret en juin dernier, fixant un calendrier de deux ans, à compter de mars 2022, pour la tenue d’élections et le rétablissement du pouvoir civil.

Lire Aussi :  Quand l'agroalimentaire sert de tremplin à de jeunes travailleurs autistes

L’ONU a déclaré ne pas avoir été officiellement informée du retrait de l’Allemagne de la Minusma.

“La mission évalue actuellement l’impact de ces retraits sur ses opérations et nous sommes déjà en pourparlers avec plusieurs pays pour y remédier”, a déclaré le porte-parole adjoint de l’ONU, Farhan Haq.

(Reportage : Sabine Siebold, Nellie Peyton et Daphne Psaledakis ; version française par Tangi Salaün, Sophie Louet et Jean-Stéphane Brosse)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEIAL0PE-BASEIMAGE

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez nous soutenir avec un don ponctuel ou mensuel.

je fais un don



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button