la SNCF jugée coupable d’homicides et de blessures involontaires

C’était la SNCF a été condamné à une amende de 300 000 euros. L :es deux autres prévenus, un ancien cheminot et SNCF Réseau, ont été acquittés dans l’affaire de la catastrophe ferroviaire de Brétigny en juillet 2013.

L’article a été rédigé par :

installée

Rafraîchir

Temps de lecture. 1 minute

A l’issue d’un procès de huit semaines, la SNCF a été reconnue coupable d’homicide involontaire et d’homicide involontaire par un tribunal d’Evry mercredi 26 octobre, neuf ans après la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) qui a fait sept morts et des centaines de les autres. être blessé

Lire Aussi :  Sept à Huit - "Ça donne envie de pleurer", "J'ai de la peine pour cet homme", "Ça m'a retourné le ventre" : les internautes perturbés par la séquence d'un homme dormant dans sa voiture

>> Accident ferroviaire à Brétigny-sur-Orge. lire l’article pour comprendre les enjeux du procès, près de neuf ans après la catastrophe

La SNCF a été condamnée à une amende de 300.000 euros, soit plus de 225.000, en raison de l’état de récidive judiciaire de l’entreprise dans des affaires de meurtre, a expliqué le président du tribunal, notant que la SNCF a réalisé un chiffre d’affaires de 34,8 milliards. euros en 2021. La SNCF est condamnée pour manquement à sa mission de conservation en tant qu’héritier criminel de SNCF Infra, responsable de la conservation au moment des faits.

Lire Aussi :  "En France, on ne fait pas assez mais on fait surtout mal", dénonce une association

En revanche, le chef de voie de SNCF Réseau (ex-Réseau Ferré de France) a été relaxé, tout comme Laurent Watton, l’ancien patron des chemins de fer, qui a effectué la dernière tournée de surveillance huit jours avant le drame.

Le 12 juillet 2013, la torsion d’un ridoir, sorte de grosse agrafe reliant deux voies, fait dérailler l’Intercités Paris-Limoges à Brétigny, au sud de Paris. L’inversion, selon le tribunal, était le résultat d’une fissure dans l’un des noyaux de l’appareil de voie en question, une fissure qui a été découverte en 2008 mais mal surveillée pendant cinq ans. “Cette négligence dans la surveillance cardiaque est certainement liée au déraillement.”a déclaré le président, défendant la SNCF, qui a imputé l’accident à un défaut d’acier non divulgué.

Lire Aussi :  Un patron offre une maison à l’une de ses salariés pour concrétiser son « rêve le plus fou »



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button