« La Foire n’a pas d’équivalent en France »

à quoi ressemble ce 92E Éditer?

“Bien. Nous avons 30% d’exposants en plus. On a l’impression que le travail est de retour. En termes de ventes, nos vrais clients sont les exposants. Le box-office ne contribue qu’à 8% de ce chiffre. Et si vous avez de bons exposants, il y a des visiteurs, pas l’inverse Dijon est le quatrième salon à se tenir en France Le thème est important pour un salon réussi Nous avons renoncé au principe du pays hôte pour 100 voitures.E Après avoir invité les recettes pour célébrer l’anniversaire, puis vérifié les recettes dans l’esprit du grossissement, je me suis dit: “Faisons attention au vin”. Le vin reste une identité forte pour la Bourgogne. »

Le vin est le retour de Vinidivio.

« Ce sera un concours de chardonnay et de pinot noir, pas un pays d’honneur. C’est l’idée d’Éric Goettelmann, qui deviendra président. Le fait est que ça se passe ici. Nous avons plus de 200 échantillons de vins pour ce concours. Vinidivio sera également le temps fort du salon avec le retour de Paulée de Dijon, au cours duquel nous remettrons des prix compétitifs. Les vins présentés à Vinidivio sont issus des concours de Chardonnay et de Pinot Noir. »

“Le pays dont je rêvais depuis longtemps”

L’absence de pays hôte pendant deux ans pourrait-elle empêcher la gastronomie de revenir au centre de la foire ?

« Totalement. Cela nous a fait remettre en question nos fondamentaux. Cela ne veut pas dire que nous ne représenterons pas une nation honorable à l’avenir. »

J’ai déjà une idée pour la prochaine édition.

“Oui, mais il est difficile d’en dire plus pour l’instant car il n’y a rien d’enregistré. Mais c’est un pays dont je rêve depuis longtemps. »

Ne pensez-vous pas que le pavillon international avec quatre pays cette année n’est pas plus dynamique qu’un invité ?

“Je suis d’accord avec cela et je dois admettre que cela a été une surprise pour nous aussi. Et l’année dernière, nous avons vu comment les gens affluent vers les pavillons ukrainien et canadien. »

Le retour du pays d’honneur condamnera-t-il le regard international ?

« Non. A mes yeux il faut faire un dépaysement, une surprise et cette formule village avec beaucoup de pays est très intéressante. »

La Chef Scene est devenue au fil des ans l’un des lieux incontournables du salon. Envisagez-vous de le renforcer davantage ?

« Ouais, ça va empirer. On a réussi à faire le lien entre la Fête de la Chasse et du Chevreuil et l’Amicale des Chefs. Et cette année, les banques alimentaires arrivent. »

Lire Aussi :  Rishi Sunak en Indonésie pour le G20, la Chine dans son viseur

« Dynamisation et redynamisation de l’économie locale »

Après Grégory Cuvelier l’an dernier, nous accueillons cette année Laëtitia Milot. Tout cela contribue-t-il aussi à donner une nouvelle image à la foire ?

« Nous n’avons jamais cessé de nous adapter. Notre principale préoccupation est de redynamiser et de promouvoir l’activité économique locale. Nous savons que lorsque nous organisons des événements comme des foires alimentaires ou d’autres foires, cela affecte la ville et tous ceux que nous employons. Ce ne sont que des entreprises locales. On est dans la logique de l’intérêt local. »

Bernard Roiszo Day a été reconduit. N’est-ce pas l’excellence qui distingue le salon ?

“C’est très inhabituel. Ce sont des gens très dévoués dans la mesure où ils ont misé sur la Bourgogne. Nous partageons nos réflexions avec eux. Comme le disait Bernard Loiseau, « je suis ouvert à tout le monde ». Et pour moi, ce qui me rend heureux à la foire, c’est de voir des gens d’horizons culturels et géographiques différents venir et être ensemble. impressionnant! Les foires sont de véritables phénomènes de société. »

Comment le définiriez-vous?

« (il pense). Il n’y a pas de Foire de Dijon en France. Il a une justification dérivée de ses racines. Chaque année, je suis étonné que cela fonctionne. J’attends la foire avec impatience. »

L’année dernière, il y avait 113 000 visiteurs. Combien de personnes attendez-vous cette année ?

« Je pense qu’il atteindra les 160 000 visiteurs (chiffres 2019, ndlr). »

Lire Aussi :  Donald Trump annonce sa candidature à la présidentielle 2024

« Notre offre est appropriée et généreuse »

Les plaques précédentes souffraient de fuites de toit. Est-ce un mauvais souvenir maintenant ?

« Je pense que les inconvénients que nous avons connus l’année dernière pourraient réapparaître cette année. Sous l’effet de la sécheresse, la voûte du Hall 1 s’est fissurée sur plusieurs dizaines de mètres. Vous pourriez mettre un patch dessus, mais cela aurait nécessité d’autres traitements. Par conséquent, la zone de la façade nord est fermée au public cette année. »

Le bail du salon de la gastronomie de Congrexpo se termine. Qu’en est-il de la prochaine ?

« Nous avons soumis des propositions que nous estimons appropriées et généreuses pour les travaux menacés de perturbation. En effet, si vous avez un emploi qui a plus de 5 ans, il y a un risque qu’il soit très complexe d’aligner l’horaire de travail avec l’horaire de l’événement. Nous attendons actuellement une réponse le 12 décembre, veille de la Délégation de Service Public (DSP). C’est la date du conseil municipal pour statuer. C’est irréversible. »

Y aura-t-il une foire l’année prochaine ?

« Le couple travaille depuis un an. Ensuite, nous pouvons avoir une foire si un nouvel opérateur est assis à notre place. Au moins , Imaginaire. »

Êtes-vous inquiet ?

« Je suis inquiet pour tous ceux qui travaillent avec Dijon. Je trouve aussi dramatique d’être le dernier président de l’association à titre personnel. »

Lire Aussi :  Elodie Invernon va vivre le rêve bleu avec l’équipe de France de padel à Dubaï

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button