France-Australie : l’offre de coopération sur les sous-marins «reste sur la table», assure Macron

Contrat rompu… mais bientôt renouvelé ? Emmanuel Macron a déclaré jeudi à Bangkok que l’offre de coopération de la France sur les sous-marins avec l’Australie restait “sur la table”. “Il est célèbre, il reste sur la table”, a-t-il déclaré, rappelant qu’il s’agissait de sous-marins d’alimentation conventionnels au lendemain de la rencontre avec le Premier ministre australien Anthony Albanese en marge du sommet du G20 à Bali.

La conclusion de l’alliance AUKUS entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni a conduit Canberra à annuler en 2021 un méga contrat d’acquisition de douze sous-marins conventionnels français qui devaient être construits en Australie. La nation océanienne a décidé d’acheter à la place des sous-marins nucléaires américains ou britanniques, un changement majeur pour un pays aux faibles capacités nucléaires.

Lire Aussi :  "En France, on ne fait pas assez mais on fait surtout mal", dénonce une association

Cependant, la livraison de ces sous-marins risque de prendre du temps car les Australiens doivent rapidement mettre à niveau leurs capacités face à l’influence croissante de la Chine dans la région. “Nous verrons comment ils s’adapteront aux difficultés”, a déclaré Emmanuel Macron, notant que “pour l’instant ils n’ont pas décidé de changer de stratégie sur ce sujet”.

Sous-marins conventionnels ou nucléaires ?

Le travailliste Anthony Albanese, nouveau Premier ministre australien depuis mai, s’est engagé auprès d’Emmanuel Macron à rétablir les relations bilatérales endommagées entre les deux pays. “Il y a un choix fondamental, c’est-à-dire produire des sous-marins chez nous ou non, décider de créer des armes nucléaires ou non”, a déclaré le président français.

Lire Aussi :  Carine Azzopardi est l'autrice du livre choc "Ces petits renoncements qui tuent"

Le chef de l’Etat a rappelé que la France ne fournit pas de sous-marins à propulsion nucléaire à l’étranger et que l’offre reste donc conventionnelle. “Nous n’avons jamais eu une telle stratégie”, a-t-il déclaré. La solution française offre à l’Australie une alternative garantissant sa “liberté et sa souveraineté”, a-t-il souligné, rappelant que les sous-marins y seraient construits.

VIDÉO. Crise sous-marine. “Je sais” le Premier ministre australien m’a menti, assure Emmanuel Macron

La crise avec l’Australie a sérieusement mis à mal la stratégie “indo-pacifique” de la France, qui possède de nombreux territoires et territoires maritimes dans la région et entend y avoir une place. Le président Macron cherchera à renouveler ces ambitions stratégiques lors du sommet de l’Apec à Bangkok, où il est le premier chef d’État européen à être invité.

Lire Aussi :  Un patron offre une maison à l’une de ses salariés pour concrétiser son « rêve le plus fou »

“Dans cette région très disputée, qui est le théâtre d’affrontements entre deux grandes puissances mondiales (..) notre stratégie est de protéger la liberté et la souveraineté, d’équilibrer les libertés maritimes, les échanges culturels équilibrés, les échanges économiques, le développement technologique. sans modèle hégémonique dominant », a souligné Emmanuel Macron.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button