Environnement. Cette entreprise du Cotentin recherche des munitions dans un lac en Suisse

Selon Montfarville (Manche), la compagnie Cérès a trouvé à Genève un navire adapté à sa mission.
Selon Montfarville (Manche), la compagnie Cérès a trouvé à Genève un navire adapté à sa mission. (© Cérès)

La Lait suisse pas seulement de grandes piscines d’eau calme. Des milliers de tonnes de munitions et autres explosifs de l’armée suisse y ont été enfouies pendant la le siècle dernier. Bombes, bombes, balles…

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Suisse, bien que neutre, avait amassé de grandes réserves dans des colonies dispersées à travers le pays dans un réseau de fortifications connu sous le nom de ” Redoute nationale “. Dans le plus grand secret, bien sûr.

Des caisses sont brûlées près du tuyau de gaz

Mais en 1946, l’année suivante, deux explosions détruisent le fort Dailly et le dépôt de munitions de Mitholz, provoquant dix-neuf sont morts. Traumatisme. “L’idée d’immerger ces balles anciennes et dangereuses dans les lacs suisses s’est alors présentée rapidement et naturellement”, raconte le journal Tribune de Genève, dans enquête publiée en janvier 2020.

Lire Aussi :  4 bonnes raisons de créer un site web pour son entreprise - Actualités Entrepreneurs - Entreprises

Environ 8 000 tonnes de plomb ont été immergées dans les lacs de Thoune, Lucerne, Brienz, Walenstadt, Uri… Et aussi le lac Léman.

Un sonar côte à côte, un sondeur multifaisceaux, un magnétomètre et un robot mobile sont utilisés pour localiser et identifier les armes.
Un sonar côte à côte, un sondeur multifaisceaux, un magnétomètre et un robot mobile sont utilisés pour localiser et identifier les armes. (© Cérès)

Mais là, ce n’est pas l’armée qui est « entrée en mer », c’est la société d’armement privée Hispano-Suiza. Sans tenir un décompte précis, entre 150 et mille tonnes (selon les estimations) auraient sombré jusqu’en 1980 dans une zone d’environ 10 kilomètres.2 appelé un petit lac.

Au début des années 1990, des plongeurs ont découvert ces balles. En 2019, d’autres plongeurs de l’organisme français Odysseus 3.1 les ont retrouvés, les caisses brûlées à une cinquantaine de mètres de profondeur, non loin du gazoduc. Cette fois, les autorités ont réagi.

Lire Aussi :  Épargne retraite : vous avez peut-être oublié de réclamer un ancien contrat !

Dessiner une carte complète

Le lac Léman est aussi un château d’eau de la ville Genève : L’eau douce y est pompée, et certains s’inquiètent potentiel de pollution de l’environnement. Le premier appel d’offres a donc été lancé en 2021 pour réaliser la cartographie complète. Et c’est l’entreprise Cérès, située à Montfarville (Manche), qui l’a emporté.

Vidéo : actuellement sur Actu

C’est un cas très difficile. Nous avions déjà fait ce genre de recherche il y a deux ans aux Îles Salomon. Ces projets UXO (munitions non explosées) font désormais partie intégrante de notre activité. Et nous nous sommes appuyés sur notre expérience dans ce domaine pour proposer une solution technique.

Bertrand Scibozgérant de Cérès

Une quinzaine d’experts du Cérès sont déjà intervenus à deux reprises avec sonar à balayage latéral, sondeur multifaisceaux et magnétomètre. Un robot télécommandé a ensuite été utilisé. Selon le département du district, qui a publié les premiers résultats en mai dernier, 682 balises ou signaux magnétiques ont été répertoriés dans la première zone de 1,5 km.2.

Des caisses à munitions, mais aussi des parasols, des vélos ou encore des nasses à poissons.

Bertrand Sciboz

Les équipes continueront. “Plusieurs semaines d’investigation, de recherche, de localisation et de détection de munitions sont encore prévues. Elles dureront jusqu’au printemps, avec la bonne aide là encore de nos partenaires H2Drone, pour l’inspection sous-marine, mais aussi Cédric Klajbert, notre spécialiste des munitions”, ajoute Bertrand Sciboz. .

Lire Aussi :  Les frémissements de l'industrie au Gabon

A terme, le but sera de nettoyer ces zones, probablement en économisant des munitions.

Cet article vous a-t-il été utile ? N’oubliez pas que vous pouvez suivre La Presse de la Manche dans la rubrique Mon actualité. En un clic, après inscription, vous obtiendrez toutes les actualités de vos villes et produits préférés.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button