Économie. Feu vert du Parlement à une rallonge anti-inflation de 2,5 milliards d’euros

Le Parlement a effectivement adopté vendredi, par vote du Sénat, le dernier budget révisé pour 2022, prévoyant un coup de pouce anti-inflationniste de 2,5 milliards d’euros pour financer principalement les audits énergétiques de 12 millions de foyers.

Avec 252 voix pour, 16 contre et 76 abstentions, le Sénat dominé par la droite a confirmé ce texte, qui a fait l’objet d’un accord avec les députés en début de semaine.

Chèque énergie payable en fin d’année

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a salué “une bonne nouvelle pour les Français” face à un “choc énergétique”, alors que “la cherté de la vie met notre société à l’épreuve”. Mesure phare, l’audit énergétique, de 100 à 200 euros par foyer, sera versé d’ici la fin de l’année.

Lire Aussi :  robot aspirateur haut de gamme

Parmi les autres conditions figurent un soutien de 230 millions d’euros aux ménages se chauffant au bois, une aide aux universités pour leurs factures d’énergie ou encore le financement de la prolongation d’une remise de 30 centimètres par litre à la pompe jusqu’à mi-novembre.

Les sénateurs ont autorisé une prolongation pour la collectivité, principalement pour la réfection des ponts et routes, pour un total de 100 millions d’euros.

Le journaliste en chef Jean-François Husson (LR) a salué ce budget commun pour aller dans la “bonne direction”, tout en gardant la maîtrise des comptes.

Lire Aussi :  Sénat – Faire de la RSE une ambition et un atout pour chaque entreprise » La lettre économique et politique de PACA

Un accompagnement “plus ciblé”.

Les partis LR, l’Alliance centriste, le RDPI dominé par la Renaissance, le RDSE radical et les Indépendants se sont prononcés pour le texte, les communistes contre, tandis que les socialistes et les écologistes l’ont boycotté. Eric Bocquet (PCF) a jugé ce paquet de mesures insuffisant car “l’inflation se confirme”.

“L’inflation devrait rester élevée” et les aides seront distribuées de manière “plus ciblée” à l’avenir, a confirmé le ministre, notant que “notre économie résiste”.

A l’Assemblée nationale mercredi, où ce projet de loi de réforme financière avait été approuvé par 187 voix contre 60, les élus communistes et RN ont voté contre, tandis que d’autres formations de gauche se sont abstenues, comme les sympathisants.

Lire Aussi :  Bourse : les valeurs à suivre à Paris et en Europe - 24/11/2022 à 08:57

Pour faire passer son texte, le gouvernement n’a pas eu à remplir son obligation à l’article 49.3 de la Constitution, comme il l’a fait pour les budgets 2023 de la Sécurité sociale et de la Sécurité sociale, lors des examens.

Gabriel Attal a affirmé qu'”il n’y a pas de petites victoires”, et que la “construction de la coopération” est “la voie attendue par les Français”.

Cette confirmation montre “la capacité du Parlement à travailler avec bon sens”, “à condition que le gouvernement écoute”, a répliqué Stéphane Sautarel (LR).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Vérifier Aussi
Close
Back to top button