Chauffage des logements : la France à l’épreuve de la sobriété énergétique

l’essentiel
La baisse de température de ces derniers jours va mettre les Français à rude épreuve. comment se réchauffer sans augmenter sa facture de chauffage… tout en respectant la sobriété énergétique exigée par le gouvernement ? Un vrai casse-tête, surtout pour tous ceux qui vivent dans un état de précarité énergétique insupportable.

La chute des températures va tester les Français ces derniers jours, qui vont devoir relever le double défi de chauffer correctement leur logement sans faire grimper les coûts de chauffage, compte tenu de l’inflation croissante des prix de l’énergie… tout en adoptant la sobriété énergétique. A la demande du gouvernement, limitation du chauffage à 19°C. C’est-à-dire un vrai casse-tête surtout pour tous ceux qui vivent dans un état de précarité énergétique insupportable.

L’hiver 2022-2023 le plus froid depuis 5 ans.

Car les températures très douces que nous avons connues depuis septembre sont bel et bien derrière nous. Fin octobre, les prévisionnistes de MétéoFrance estimaient que « le scénario le plus probable pour le trimestre novembre-décembre-janvier 2022 2023 est une prédominance de conditions anticycloniques sur le continent européen, avec un temps calme et sec. Les perturbations auront tendance à se situer plus au nord en Europe ou au sud-ouest en Méditerranée. » Cela n’empêchera pas l’hiver 2022-2023 d’être le plus froid de France depuis cinq ans, selon MétéoConsult. “Avec une anomalie de température prévue de 0 à +0,5 °C, assez proche de la normale tout au long de l’hiver, la France pourrait connaître son hiver le plus froid depuis 2017, ce dernier marqué par une anomalie chaude très prononcée (+2 °C en 2018-2019, +2,7°C en hiver 2019-2020, +1,2°C en 2020-2021 et 2021-2022). »

Lire Aussi :  la France envoie 13 chars Leclerc en Roumanie

Ces prévisions mi-figue, mi-raisin préparent déjà les Français aux prochaines semaines d’hiver, jouant sur plusieurs leviers pour limiter le coût de leur facture de chauffage ; enfin envisager des projets plus lourds entre isolation et changement de mode de chauffage.

aide d’État

S’il est parfois trop tard pour engager ces grands changements, les ménages français peuvent déjà compter sur l’aide de l’État ; un bouclier tarifaire qui protège les ménages de la hausse des prix du gaz et de l’électricité en le plafonnant à 15 %.hein En janvier 2023, bénéficier d’un chèque spécial énergie carburant de 200 €, mesure introduite dans le cadre de la loi de finances rectificative 2022. Le gouvernement rappelle qu’il est également possible de profiter d’une prime pouvant aller jusqu’à 65 € par foyer pour s’installer. minuterie sur une chaudière existante grâce au programme des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). La « prime de sobriété » déjà offerte par certains fournisseurs d’énergie alternative devrait être étendue, par exemple en réduisant les factures de gaz et d’électricité des ménages qui réduisent leur consommation d’énergie.

Lire Aussi :  le Mexique tente de déstabiliser la Pologne, le Danemark bute sur la Tunisie

Cependant, la réduction de la consommation n’est possible que dans des conditions idéales. Pourtant, des millions de Français se retrouvent en situation de précarité énergétique.

20% des Français étaient en précarité énergétique avant la crise

Selon les dernières données publiées en septembre par l’Observatoire national de la précarité énergétique, 20 % des Français déclarent avoir souffert du froid durant l’hiver 2020-2021, dont 36 % pour des raisons financières. 60% des Français déclarent avoir limité le chauffage de leur logement pour ne pas avoir de factures très élevées. Selon le médiateur de l’énergie, le nombre de ménages ayant déclaré avoir subi au moins 24 heures de froid dans leur logement est passé de 14 % en 2020 à 20 % en 2021.

Lire Aussi :  France 1998 ? Brésil 1970 ou 2002 ? Espagne 2010 ? Votez pour le vainqueur ultime de la Coupe du monde de football

Avec l’explosion des prix de l’énergie dans l’année en cours, l’inquiétude est donc justifiée chez les associations qui participent au 2e anniversaire ce jeudi.e « Journée contre la précarité énergétique. »

« Parallèlement à la méfiance croissante, à la mauvaise qualité thermique de millions de logements et à la hausse des coûts de l’énergie et des loyers, on constate que de plus en plus de ménages n’ont pas les moyens ou sont incapables de chauffer correctement leur logement », des associations qui montrent qu’en France le carburant 5,6 millions de ménages vivent dans la pauvreté, dont 2,3 millions de ménages à faible revenu, soit 20,4 % du total des ménages.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button