Charles Leclerc (Ferrari), après le Grand Prix du Mexique : « Ça fait mal »

Charles Leclerc (6, Ferrari) : ” Ça fait mal. On s’attendait à un peu plus de galère ici, mais on avait beaucoup de mal, notamment côté moteur, et ça ne facilitait pas les choses. Une minute c’était vraiment beaucoup. Le DRS était vraiment cassé à la fin du troisième trimestre et nous avons réussi à le changer pour aujourd’hui. (Dimanche).

Au niveau du moteur, nous ne pouvions pas changer ce que nous voulions changer, donc j’avais toujours ces problèmes, mais cela n’explique pas l’écart. Il peut y avoir une petite performance, mais pas une seule minute dans une course. »

Max Verstappen (Vainqueur du Grand Prix, Red Bull): “Être devant après le premier virage m’a beaucoup aidé pour le reste de la course. Bien sûr, nous avions une stratégie différente de celle des voitures qui nous entouraient (Mercedes)Mais la voiture était vraiment bien.

Lire Aussi :  Yvon Ledanois... trois nouveaux directeurs sportifs chez Movistar

Nous devons prendre soin de nos pneus; Car le relais dans les médias a été très long, mais on a gagné. Ce fut une année incroyable jusqu’à présent. Nous l’apprécions vraiment et nous nous efforcerons d’obtenir plus de victoires. »

Lewis Hamilton (deuxième, Mercedes): “J’étais très proche dans cette première étape, mais je pense que Red Bull était très rapide aujourd’hui (Dimanche). Au final, ils avaient une meilleure stratégie pneumatique. Je ne sais pas si c’était le bon pneu à la fin.

Lire Aussi :  MotoGP Valence Warm Up LIVE : Johann Zarco tout en haut !

Je pensais que nous devions y aller doucement et nous avions le pneu opposé. La première étape était correcte, mais le pneu dur n’était pas là. Félicitations à Max, c’est super d’être ici sur le podium et de séparer les deux pilotes Red Bull. »

George Russel (4e, Mercedes) : « Les pneus ont très bien fonctionné dans les premiers tours et nous avons réagi au fait que (Nicolas) Latifi et Lewis amélioraient leurs temps, mais quand je les ai dépassés, je n’avais plus d’adhérence. C’était une bonne nouvelle que Ferrari et Red Bull aient décidé de s’adoucir.

Lire Aussi :  Le sport, nouvel accélérateur pour Apple

Ils ont fait un choix que nous n’avons pas fait. Comme je menais la course avec les médias, je me sentais tellement bien que j’ai demandé qu’on termine ce travail. Je pense qu’il faut éliminer le positif. En équipe, nous progressons maintenant. Nous étions dans une meilleure position par rapport à Ferrari. »

Daniel Ricciardo (septième, McLaren): « Nous avons soutenu les médias pendant longtemps. Je savais, en vol, si je pouvais faire un certain nombre de tours sur les médiums, je pouvais aller sur les tendres. J’étais hors point, donc je n’avais pas grand-chose à perdre. J’étais convaincu que ces pneus dureraient et étaient le bon choix. »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button