Ce n’est pas après Macron et Philippe que Buzyn est le plus en colère

Photo:
France 5:00

France 5:00

Agnès Bouzi, invitée de l’émission “C à vous” France 5, le 27 octobre 2022

MÉDIAS – Agnès Bouzin continue d’apparaître dans les médias pour se défendre après sa gestion de la pandémie de Covid-19 en France lorsqu’elle était ministre de la Santé.

Ce jeudi 27 octobre, il était invité sur le plateau Décider vous-même sur France 5, où il instruit spécifiquement des experts scientifiques.

“Je n’attaque personne. “En fait, je veux m’en prendre aux experts qui disaient des bêtises sur le plateau et qui n’ont pas été inculpés alors que j’essayais d’alerter et de mobiliser la Commission européenne.”Il dit.

“Aucun expert n’a dit que c’était sérieux. On les entendait tout dire et c’était le contraire sur le plateau.”poursuit l’ancien ministre. “Quand je dis ‘personne n’a fait un doigt’, je suis surtout en colère contre la communauté scientifique qui n’a pas fait d’analyse des risques à l’époque. »

“Les gens étaient catégoriques, ils disaient que l’épidémie s’arrêterait à l’été, comme l’ont dit certains membres du conseil scientifique. Quand on est scientifique, quand on est dans une telle incertitude, surtout, soyez prudent dans vos discours. Plus ils étaient persistants, plus ils étaient invités.”Agnès Buzini est toujours nerveuse. “Si je dois être contrarié aujourd’hui, c’est après ce que j’ai vu à la télé pendant un an. »

“Quand je dis que personne n’a rien donné, je ne parle pas du couple exécutif.”

Autrement, “Le problème que nous avons dû gérer était le rejet par les autorités scientifiques nationales et internationales.”Selon lui. “C’est ce qui m’a le plus surpris. Quand je dis “tout le monde n’était pas intéressé”, je ne parle pas du couple exécutif. ce ne sont pas des médecins, ils ne peuvent pas prédire, prédire, ce n’est pas leur rôle.”ajoute l’ancien ministre.

Agnès Buzin, chargée de gérer les premières semaines de l’épidémie, a déclaré dans un article du mardi 25 octobre : monde qu’il avait alerté Emmanuel Macron et Edouard Philippe en janvier 2020, mais qu’il n’avait pas “Il n’y a pas l’impression d’être entendu”.

“J’ai non seulement vu, mais aussi averti. J’étais le ministre le plus vigilant d’Europe. Mais personne ne s’en souciait.”selon des propos rapportés par le journal, qui dit avoir eu accès à un journal rédigé par un ancien ministre pendant la pandémie.

Lire Aussi :  France-Australie : l’offre de coopération sur les sous-marins «reste sur la table», assure Macron

Le journal fait état de multiples SMS adressés au chef de l’Etat et à son ancien Premier ministre, le premier le 11 janvier 2020, à propos de l’épidémie en Chine, qui ne s’est plus revue depuis. “Ce n’est pas encore dans les médias” mais qui? “peut monter”il a écrit.

Lire Aussi :  Des militants d'Attac et Extinction Rebellion en garde à vue après une tentative d'action contre les jets privés

Voir également: Le HuffPost :



Source

Lire Aussi :  La guerre de l’Ukraine est aussi numérique

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button