Baby-foot, alcool, le délire culturel de la start-up. Adhérer aux valeurs “”fun & pro” de l’entreprise”.

Le soir, au lieu de boire et de travailler avec des collègues, de boire pour avoir l’air “cool” en jouant au ping-pong, et d’avoir l’air très occupé comme s’ils avaient appris, c’est d’autant plus vrai dans la société d’aujourd’hui. La seule personne qui comprend l’engouement actuel est Elon Musk, qui a licencié la plupart des joueurs alcooliques de l’équipe de baby-foot de Twitter.

Twitter fonctionne toujours !

Il se réfère à la confusion qui domine l’âme.

Ici, ce fait divers juridique illustre parfaitement ce que je veux dire.

« La Cour de cassation a invalidé partiellement le licenciement pour « refus d’accepter la politique de l’entreprise fondée sur le comportement critique du salarié et diverses incitations aux excès », comme l’alcoolisme excessif pendant la semaine de ristourne.
Les salariés qui ne participent pas à l’un des apéritifs organisés par leur employeur ou qui critiquent la consommation excessive d’alcool de l’équipe lors de ces “moments délicieux” “ne peuvent pas être licenciés pour cela”.

Lire Aussi :  Le professeur Nassirou Bako Arifari conte l’histoire

Attendez une minute, la dictature du « cool » atteint le sommet de l’idiotie !

« Un petit rappel des faits. L’employé a été embauché par Cubic Partners en tant que consultant senior en 2011 et promu directeur en 2014. Un an plus tard, il est licencié pour « incompétence professionnelle », notamment pour ne pas avoir adhéré à la valeur du « fun ». & Pro” de l’entreprise.

Dans ce jugement, le magistrat précise en effet : « Le licenciement est intervenu parce que le salarié a exercé sa liberté d’expression. La Cour d’Appel a estimé que Monsieur T. ne pouvait être reproché de ne pas avoir intégré les valeurs “ludiques et professionnelles” de l’entreprise.

Lire Aussi :  Comment le Covid a changé la cartographie internationale du transport aérien au Maroc

Selon le tribunal, cette valeur “entraînait souvent une participation requise à des séminaires et beuveries du week-end, un alcoolisme excessif encouragé par des pairs qui fournissaient de très grandes quantités d’alcool, et des incitations à la promiscuité, des brimades et divers excès et dérives”.

Et oui, quand on est trop “initié” on devient trop “fun et pro”. L’alcool, bien sûr. Et quand on boit trop, le comportement devient souvent scandaleux et n’a pas d’importance. Mais nous sommes dans une période de grande agitation qui cause de grandes souffrances mentales et morales.

La seule façon de se protéger de tout cela est de vivre en quelque sorte en marge de cette société malade.

C’est ce que je fais, et du haut de mon grenier normand, dans le silence de la campagne, dans le doux crépitement du feu, le caquetage des poules et le ronronnement des chats, je contemple le naufrage de ce monde et la conséquence la démence. Il se répand chaque jour.

Lire Aussi :  Japon: les malades du «Covid long» mis sous pression dans une société qui valorise le travail

prenez soin de vous.

protège toi

protège ton âme

Charles Sannett

“Cet article est un article ‘presslib’. C’est-à-dire que si ce paragraphe est reproduit par la suite, il ne peut être reproduit en tout ou en partie. Insolentiae.com est le site où Charles Sannat s’exprime au quotidien et propose une analyse sans concession et sans concession de l’actualité économique. Merci d’avoir visité mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à notre newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source BFMTV.com ici

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button