Avec Xi Jinping, la ″poutinisation″ du pouvoir en Chine | International | DW

Le président Xi Jinping a réussi à obtenir un troisième mandat. Le 20e Congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui a entériné le maintien du chef de l’Etat, a été l’occasion pour Xi Jinping de placer ses alliés au pouvoir suprême du Comité permanent.

Entretien avec Emmanuel Lincot, professeur à l’Institut catholique de Paris et chercheur chinois et chercheur associé à l’IRIS.

Il s’agit d’un avertissement très clair aux Américains et aux Occidentaux concernant la question de Taiwan ainsi que les litiges en mer de Chine méridionale. Ces deux-là sont vraiment des points de friction.

Lire Aussi :  Benfica - Juventus Turin - La Juve éliminée après sa défaite, le Benfica qualifié avec le PSG

N’oublions pas non plus le troisième front qui oppose l’Inde et la Chine dans l’Himalaya. Il y a aussi un différend frontalier très important et très ancien entre les deux pays. Ainsi, en fait, Xi Jinping rappelle ses priorités de politique étrangère : son attachement à la souveraineté de la Chine et sa revendication de souveraineté dans la plupart des zones contestées, dont la mer de Chine méridionale, Taïwan et l’Himalaya.

DW : Selon vous, que nous rappelle le troisième mandat de Xi Jinping ?

Lire Aussi :  le président chinois Xi Jinping se dit "prêt à travailler" avec Lula

Elle provoque une sorte de « putinisation » du système chinois, c’est-à-dire l’expropriation du potentiel de développement démocratique du système. Elle provoque également la destruction de toutes les formes d’opposition au sein du Politburo.

DW : Et comment décrivez-vous la scène où Hu Jintao est escorté de cet événement ?

Elle reste à mon avis quelque peu floue à ce jour. On peut peut-être donner une explication raisonnable, mais paradoxalement, je ne vois pas ça comme une scène organisée par Xi Jinping lui-même. Bien sûr, je peux me tromper, mais j’y vois plutôt un signe de protestation de Hu Jintao, qui n’a pas pu voter contre Xi Jinping.

Lire Aussi :  Une cambodgienne dans le top 10 de Miss Grand International

En revanche, en signe de protestation, il le fait en votant avec ses pieds, c’est-à-dire en quittant délibérément le Parlement. Donc dans tous les cas, qu’il soit organisé par Xi Jinping ou Hu Jintao lui-même, il est incompatible avec l’accord chinois. dans quelques mois ou les prochaines années.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button