Avec son dernier livre, Bob Dylan connaît la chanson

Elvis Presley (ici, 1957, dans un magasin de musique à Memphis) est l'un des artistes cités par Bob Dylan dans son livre.

Depuis Bob Dylan, les fans attendent sur le plan éditorial deux tomes censés compléter le triptyque annoncé en 2004 avec la parution du premier tome de son Chroniques. C’est ce que considéré pour le prix Nobel de littérature 2016 propose enfin un livre – le troisième de l’écriture automatique en prose Tarentule1971 – mais pas comme prévu : sous un titre plus ironique que ronflant, son philosophie poétique moderne il passe en revue soixante-six titres (comme American route du même numéro) écrits par d’autres que lui-même. Avec de la poésie, de l’humour, de l’amour et un sens exquis de la narration.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Extraits du nouveau livre de Bob Dylan, “Les guerres ont toujours un goût de futilité macho”
Lire Aussi :  Christian Clavier et Didier Bourdon s'unissent pour la comédie française ultime

De quoi revenir, à 81 ans, la chanteuse américaine fait l’actualité. Cette oeuvre, sans précédent parmi les oeuvres de musiciens, s’inscrit en effet dans la continuité de l’éternelle tournée de Dylan, interrompue par la pandémie, qui a été interrompue pendant trois nuits au Grand Rex à Paris mi-octobre. Sous la couverture représentant le joyeux trio de Little Richard, Eddie Cochran et Alice Lesley, l’objet, richement illustré (photographies, affiches, pochettes d’albums, publicités, “ceux” de magazines…), était clairement destiné à être placé sous la arbre. La nature morte de Cézanne suivra Tutti Frutti (1955), Little Richard, quand la photo de Julie London décrochant le téléphone illustrera L’appel de Londres (1979), de The Clash… Ce livre plein d’humour doit être de la main de Jack Frost, personnage du folklore hivernal que Robert Zimmerman a adopté parmi ses nombreux pseudonymes.

Lire Aussi :  "NRJ Music Awards", fins de "Lego Masters" et "Plus belle la vie"... Les temps forts du 12 au 18 novembre 2022

Elle est dédiée à Doc Pomus (1925-1991), auteur de tubes avec Mort Shuman (dont vive las vegas1964, retenu dans la sélection) et merci va “ami pêcheur” et le scénariste de télévision Eddie Gorodetsky. philosophie poétique moderne développe en effet le “Theme Time Radio Hour”, une émission de radio que les deux amis ont créée de 2006 à 2009. Dylan se transforme en disc-jockey sur des sujets allant de l’Arche de Noé à Halloween en passant par les prénoms féminins. Deux d’entre eux ont été pris : de l’argent, de Argent Chérie (1956), d’Elvis Presley, et des chaussures, avec l’inévitable Chaussures bleues en cuir brossécet avertissement accompagné de menaces par Carl Perkins, 1956. “Quand on est jeune, on peut rarement s’offrir la plus belle voiture du quartier ou vivre dans la plus grande maison., note Dylan. Mais on arrive à porter les plus belles chaussures. (…) Impossible d’oublier le daim bleu ! Quelles chaussures annonçaient leur frivolité avec plus de gaieté que celles-ci ? Quel vêtement a-t-il jamais porté si haut qu’il n’ait pas sa place à la ferme, qu’on ne le fasse pas marcher dans la bouse ? »

Vous avez 53,62% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Lire Aussi :  Classico, ici c'est mauvais / Culture Foot / Cinéma / SOFOOT.com

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button