Au procès de l’attentat de Nice, un accusé se noie tout seul à la barre

On a rarement vu un accusé se défendre aussi mal. Il faut dire que l’état de santé de Walid Grab n’est pas très favorable. ce franco-tunisien de 46 ans, ancien réceptionniste de nuit dans un hôtel niçois, est l’un des deux amis. il préfère le terme. “rapports” – Le terroriste de promenade anglais qui sera jugé dans l’attentat de Nice le 14 juillet 2016. Dans une tentative désespérée de se défendre, il n’est pas un élément sur lequel il ne s’est pas contredit, lors de son interrogatoire du vendredi 4 novembre, contribuant à épaissir légèrement le halo de doute qui entoure son rôle dans l’affaire.

Au sortir du tunnel des témoignages de civils et d’une semaine consacrée à la personne du terroriste, le tribunal spécial de Paris débat depuis mercredi de l’accusation portée contre chacun des huit prévenus. Walid Grabe a été le premier à répondre aux questions. Désespéré de se sauver à tout prix, il se noie méthodiquement malgré les tentatives du président Laurent Ravio de le ranimer ; “Nous ne comprenons pas pourquoi vous ne voulez pas reconnaître cet élément mineur dans le dossier.” ; “Je ne suis pas venu pour te coincer, mais pour comprendre ce qui s’est passé”…

Walid Grab se bat contre le cloud. L’enquête n’a pu établir aucune preuve de sa participation directe à l’attentat, mais un certain nombre d’indices jettent un doute sur le rôle qu’il a pu jouer dans la part de son ami dans l’acte : Dix jours avant l’attentat, le terroriste a écrit un message. à lui le mot « ADA », agence de location de camions ; Le 11 juillet, il l’a invité à faire un tour dans son camion. le 15 juillet au matin, enfin, l’accusé se filme marchant sur la promenade des Anglais, que son ami vient de transformer en charnier.

Lire Aussi :  ce qu'il faut retenir du rassemblement dans les Deux-Sèvres

Nuage rapide

Le nuage de traces qui entoure l’accusé est également déterminé par le crime pour lequel il est jugé. Walid Ghraib n’a pas été licencié pour “complicité de meurtre” car l’enquête n’a pas pu établir qu’il était au courant du projet d’attentat. dirigé par Mohamed Lahouayej Boullel. Il doit répondre de son éventuelle participation à une “organisation terroriste de criminels”, un crime aux contours si flous que l’accusé qui veut s’en débarrasser ressemble irrémédiablement à un insecte se débattant dans une toile d’araignée.

Lire Aussi :  Top 1000 : les meilleurs joueurs du championnat de France, Delio Onnis (1er) - 16/11/2022 à 06:00
Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Une tentative d’apprivoisement du « monstre » lors du procès de l’attentat de Nice.

La semaine avait plutôt bien commencé. Mercredi, sa mère, libraire, et sa sœur, enseignante de français, sont venues de Tunisie pour dresser le portrait d’une famille musulmane laïque et ouverte attachée à l’héritage de l’ancien président tunisien Habib Bourguiba. “Nous, dans la famille, aimons beaucoup la Francedit sa sœur. Nous votons tous contre les islamistes. Il est impossible d’imaginer que mon frère est passé par une pratique rigoureuse. »

Vous avez 65,14% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Lire Aussi :  Vaccination en France : où en est-on le lundi 21 novembre 2022 ? Nombre de vaccinés par région

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button