Alexis Polin : « Les entreprises sont un maillon essentiel de la réserve »

Hormis cet avantage fiscal, l’accord n’apporte aucun avantage « commercial » à l’entreprise, dans les appels d’offres par exemple. Au contraire, cela montre “ses fiançailles”, note Alexis Polin. C’est aussi une culture d’entreprise que les managers peuvent promouvoir et des pratiques de responsabilité sociale des entreprises (RSE) qu’ils peuvent initier, comme le rappelle Fabien Hazbroucq, gérant de Trinaps. (lire notre article sur les 15 ans), qui a signé ce type d’accord pour l’un de ses salariés.

En signant ce type d’accord, l’entreprise est reconnue comme un “partenaire de protection”, un nom qui peut être communiqué. Une dizaine de structures sont implantées dans le Quartier de Belfort, comme l’école supérieure de technologie et de commerce (Esta), l’université de technologie Belfort-Montbéliard (UTBM), l’IUT Nord Franche-Comté, Lisi, VMC Pêche, de la société Trinaps et ainsi de suite récemment, Becker Electronique, à Beaucourt. L’entreprise, qui travaille pour l’aéronautique, mais aussi le secteur de la défense, reçoit de nombreuses commandes publiques. Faciliter la libération d’un travailleur de réserve, c’est aussi “façon de rendre la pareille”, observe Jean-Paul Leroy, directeur commercial de cette PME de 17 salariés et ancien militaire. Cela permet également de vérifier le côté “patriote” de la société. Et “Il crée un lien entre le monde civil et le monde militaire”, estime Alexis Polin.

Lire Aussi :  Twitter va débuter les licenciements vendredi, 50% des employés concernés

Grâce à la réserve, la Garde nationale emploie également des compétences particulières et spécialisées, en informatique par exemple, en cybersécurité également. Il est également possible d’intervenir en tant qu’expert au sein du service des infrastructures de défense ou de la direction générale de l’armement. D’autre part, économisez “c’est une opportunité pour les gens de se développer personnellement, de se réaliser”, insiste la garde nationale. Les épargnants acquièrent de nouvelles compétences, utiles en entreprise, proches de la confiance en soi, en prise de décision par exemple. “Quand on sait fabriquer des balles et des armes puissantes, en général, on a une tête bien faite”, observe Jean-Paul Leroy. “C’est s’offrir une vie de plus”, dit Alexis Polin, en utilisant le mantra de la Garde nationale : “Mettez plus de vie dans votre vie.” Et dans votre entreprise ?



Source

Lire Aussi :  le challenge du passage à l’échelle

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button