Agnès Pannier-Runacher soutient qu’elle n’était pas obligée de déclarer les intérêts de ses enfants, liés à des paradis fiscaux selon une enquête de « Disclose »

Agnès Pannier-Runacher à l'Elysée, le 24 août 2022.

Le ministre de la transition énergétique assure que sa situation financière ne souffrira pas“pas d’ambiguïté”. Selon une enquête médiatique d’investigation DécouvrirPublié ce mardi 8 novembre, les enfants d’Agnès Panier-Runacher sont associés dans une société française créée par le père du ministre, ancien dirigeant de la compagnie pétrolière Perenko, qui a été fondée sur des fonds résidant en partie dans des paradis fiscaux et non cités dans M’s déclaration. intérêtsmoi Pannier-Runacher.

A demandé DécouvrirCe dernier fait référence à son père, dont la stratégie d’investissement, selon lui, ne connaît pas l’origine des fonds, et déclare ne pas la connaître. “Ne pas déclarer cette structure”car la loi ne l’oblige pas à déclarer les intérêts de ses enfants.

Delaware, Irlande, Guernesey, Luxembourg

Le père du ministre, Jean-Michel Runacher, a créé cette société civile en France en 2016 sous le nom d’Arjunem dans le cadre d’une cession d’actifs qui lui a rapporté environ 1,2 million d’euros en actions, selon « afin que Découvrir. Quatre de ses petits-enfants sont associés, dont les enfants d’Agnès Panier-Runacher, alors mineures et dont le ministre a signé en tant que représentants légaux.

Lire Aussi :  COUPE DU MONDE - France - Tunisie - But refusé par le VAR à Griezmann : La France va porter réclamation devant la FIFA

Il a expliqué dans une réponse détaillée qu’ils sont nus-propriétaires et n’ont donc perçu aucun dividende aujourd’hui, Jean-Michel Runacher restant l’usufruitier et qu’Arjunem l’était bien. « Soumis à la fiscalité française ».

Par: Découvrir, cet héritage provient de fonds spéculatifs basés dans le Delaware, en Irlande et à Guernesey, où Perenco a également investi. Les produits financiers sont conservés à la banque de Luxembourg, a confirmé M.moi Pannier-Runacher.

Lire la chronique d’Agnès Panier-Runacher. L’article est réservé à nos abonnés “C’est maintenant ou jamais si nous voulons atteindre l’objectif de réchauffement climatique de 1,5°C”
Lire Aussi :  EN DIRECT - Deux-Sèvres : deuxième jour de mobilisation "anti-bassines", des canalisations sectionnées

Le ministre n’a pas mentionné Arjunem dans ses déclarations à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). La loi l’oblige à déclarer son implication directe et celle de son mari, mais pas ses enfants. “Il ne s’agit pas de mon héritage, mais de mes enfants, qui n’ont toujours pas le droit de diriger l’entreprise.”répondit M.moi Pannier-Runacher à : Découvrir. “Le guide HATVP ne laisse aucune ambiguïté sur le fait que je n’ai pas eu à déclarer cette structure”Il l’a affirmé à l’Agence France-Presse (AFP).

“préventif”

Selon l’ONG Anticor, citant Découvrirle ministre aurait “L’entreprise a dû faire une déclaration préventive dès sa nomination, dans la catégorie des ‘observations’ [au gouvernement, au poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie] en 2018.” Les médias d’investigation citent également la HATVP pour laquelle “L’absence d’obligation de déclaration ne dispense pas un agent public de prévenir et de mettre fin aux situations de conflit d’intérêts pouvant découler d’autres intérêts indirects, tels que les activités d’enfants ou d’autres membres de la famille.”.

Jean-Michel Runacher sur l’origine des fonds Arjunem “Don d’unités d’actions non liées à Perenco. Il s’agit de placements acquis antérieurement dans le cadre de ses placements personnels.dit Agnès Panier-Runacher, en référence à son père “Pour plus de détails”.

« Quelle que soit la forme juridique de ces fonds, l’actionnaire paie l’impôt de son pays de résidence.a également déclaré le ministre à l’AFP, qui ne voit pas non plus de conflit d’intérêts entre ses fonctions ministérielles et les activités de son père, l’ancien patron de Perenko. “Je n’ai rien à voir avec les dossiers liés à Perenko.”OMS “Il fait la plupart de ses affaires hors de France.” il note.

Lire Aussi :  Au procès de l’attentat de Nice, tentative d’épuisement d’un « monstre »

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button