À Quimperlé, la section mode de Roz Glas intéresse les entreprises bretonnes – Quimperlé



C’était la première fois, ce mardi 15 novembre, au lycée Roz Glas de Quimperlé : trois entreprises bretonnes ont retrouvé des bancs d’école pour montrer la meilleure production de vêtements, en changeant les rôles. Une opération d’escroquerie visant 70 étudiants, de la deuxième à la terminale, de la section “métiers de la mode et de l’habillement”. “La plupart d’entre eux ne sont pas prêts à commencer après le bac. Certains entreront en BTS, et d’autres prendront une autre direction ou changeront de filière. Il y a un manque de connaissance du monde de l’entreprise et il faut réduire le travail dans l’entreprise.” explique Josy Gotin, proviseur adjoint.

Le Minor, Guy Cotten et Armor Lux en opération manipulation

« Dans le cadre de la semaine école/entreprise, nous avons organisé cette action avec des enseignants de la filière mode, en faisant venir des entreprises dans l’établissement. Trois entreprises représentatives de cette filière ont été invitées : Le Minor, Guy Cotten et Armor Lux », ajoute Patrice Guérin, directeur de formation « Dans un premier temps, les entreprises présenteront leurs savoirs, produits, perspectives qu’elles proposent à l’ensemble des trois classes, puis elles pourront montrer, lors de trois ateliers, les signes d’une rencontre technique sur les produits qu’elles proposent. amené’.

Lire Aussi :  Une quatrième année de croissance négative pour l'économie haïtienne
Les signes techniques de la collection de produits apportés par les entreprises ont été présentés aux étudiants.
Les signes techniques de la collection de produits apportés par les entreprises ont été présentés aux étudiants. (Télégramme/Gwen Rastoll)

« Des opportunités à saisir et une évolution permanente dans le métier »

Les trois entreprises bretonnes contactées ont joué ce jeu. L’envie d’aller vers les jeunes pour se former est bientôt et, pour l’essentiel liée à l’envie, plus évidente : le secteur embauche. Claire et Nadine Bertholom-Cotten sont venues parler de l’entreprise familiale dont le nom est immédiatement associé à celui de la couleur. Celui de la couleur jaune de la pluie de Cotten, qui donne des marins sur toutes les mers. “Dans la pêche, mais aussi dans l’agriculture, dans l’industrie… Nous vendons 40% de nos produits à l’export vers les Etats-Unis, l’Europe… Partout où il y a de la mer et des bateaux”, présente Nadine Bertholom. Il veut surtout parler d’envies et de valeurs. “Nos produits ont une longue durée de vie, ils ne sont pas utilisés. Nous mettons l’accent sur la qualité et il n’est pas rare que notre SAV (service après-vente) confectionne des vêtements portés depuis une quinzaine d’années ». L’entreprise créée en 1964 et basée à Trégunc souhaite transmettre cet état d’esprit. “Les gens construisent leur carrière chez nous, tout en changeant et en changeant de poste. Nous avons certains salariés qui approchent de la retraite et nous aurons besoin d’embaucher dans les années à venir”.

Lire Aussi :  « La Voix du Nord » pourrait licencier une centaine de salariés

Même message partagé par les représentants d’Armor Lux : « Nous embauchons, nous avons besoin de jeunes. Nous sommes là pour leur montrer toutes les possibilités. Le mot « usine » peut faire peur, et cette peur de la chaîne de montage ou de rester la tout un métier dans le même poste Mais, chez nous, on fait plusieurs métiers et on peut trouver celui qui nous plaît en émergeant dans le métier.” L’invitation est lancée.

Lire Aussi :  « L’engagement écologique de l’entreprise est un élément de plus en plus important pour les salariés »
70 élèves du département mode du lycée Roz Glas ont participé à cette rencontre.
70 élèves du département mode du lycée Roz Glas ont participé à cette rencontre. (Télégramme/Gwen Rastoll)



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button